Guide du courtier

Comment est rémunéré le courtier ?

mandat

Intermédiaire entre la banque et l’emprunteur, le courtier propose ses services pour démarcher les banques et obtenir une à plusieurs propositions de crédit. Le courtier est rémunéré au mandat, sur le financement du dossier.

Le courtier est payé au contrat signé

Un cabinet de courtage est un professionnel de la finance qui propose ses services d’intermédiation, entre les banques qui proposent des financements et les emprunteurs qui souhaitent financer un projet. On parle très souvent du courtier pour du prêt immobilier mais ce dernier peut aussi intervenir dans des projets autres comme un crédit à la consommation, un rachat de crédit ou encore une assurance de prêt. Les avantages de faire appel à un courtier sont multiples, on met surtout en avant le gain de temps dans la préparation du dossier et le démarchage des banques, mais le courtier sait aussi faire valoir ses relations avec les banques pour négocier des conditions préférentielles, il sait aussi apporter de précieux conseils aux emprunteurs.

N’est pas courtier qui veut, il faut pouvoir justifier d’une formation de BAC+2 minimum dans le domaine de la finance, de la gestion ou alors valider une formation certifiée dans le domaine de la finance, ouvrant les droits à l’ouverture d’un cabinet de courtage. Précision importante, le courtier doit présenter un casier judiciaire vierge. Il n’est rémunéré qu’au contrat de prêt signé, c’est-à-dire qu’il va effectuer tout le travail de préparation, de démarchage et de présentation des offres mais ne sera payé que si l’emprunteur signe le contrat de crédit. Si l’emprunteur ne signe pas le contrat, il n’est pas rémunéré.

Conformément à l’article L321-2 du Code de la consommation « aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent ».

La rémunération du courtier : mandat et frais

On distingue essentiellement deux rémunérations chez les courtiers, certains n’appliquent qu’une seule d’entre elles, d’autres vont appliquer les deux types de rémunérations :

  • Le mandat
  • Les frais de courtage

Le mandat est tout simplement la rémunération du courtier qui ne peut excéder 7% du montant du financement. Ce mandat est versé par la banque directement, cette dernière va inclure la somme dans le coût total du crédit et sera payée in finé par l’emprunteur. Le pourcentage dépend de la banque et du courtier, certains courtiers peuvent appliquer des mandats fixes (montant fixe au financement) ou des mandats au pourcentage.

Les frais de courtage sont des frais supplémentaires, qui seront payés par l’emprunteur directement au courtier, uniquement si le dossier de contrat de crédit immobilier est signé, comme l’exige la législation en vigueur. Ces frais peuvent être liés à des frais généraux, de traitement de dossier ou de prise en charge des démarches. Ils peuvent être fixes ou au pourcentage, mais sont généralement moins élevés que le mandat. A noter que les courtiers dits « gratuits » n’appliquent pas ces frais de courtage.

Combien coûte un courtier ?

La grande majorité des courtiers vont appliquer un mandat de 1% sur le montant du prêt immobilier, c’est-à-dire que sur un contrat de prêt immobilier d’un montant de 200 000 euros, le mandat du courtier sera de 2000 euros. La rémunération du courtier est souvent justifiée par le gain de temps, par les conditions obtenues et par le conseil apporté au client. Par ailleurs, le courtier est tenu d’informer son client de la rémunération appliquée, le coût total sera précisé dans le mandat. Si ce dernier ne vous a pas informé clairement de sa rémunération, vous êtes en droit de lui demander le montant précis de sa rémunération concernant votre dossier. Il est dans l’obligation de vous informer de ce montant.